Histoire du club

Histoire du Rotary-Club du Vallespir

Par le Past-Président Fondateur Pierre-Paul Naveau

En janvier 1957, le Club de PERPIGNAN suscita la « génération spontanée » d'un Rotary-Club en Vallespir. Après avoir convié à un dîner à la « Toque Blanche » quelques Vallespiriens, une importante délégation du Club de Perpignan leur expliqua au dessert ce qu'était le Rotary et sur quelles bases il devait être organisé. Sans autre intervention que l'attentive sollicitude du Président POUS-PAGES et du délégué spécial Jacques de LAZERME, quelques semaines plus tard, le Club était sur orbite et fonctionnait à la plus grande satisfaction de tous.

Les membres du Club doivent une reconnaissance particulière à trois membres du Club de PERPIGNAN :

- le Past-Président POUS-PAGES qui, résidant à Maureillas, était un Vallespirien,

  • - le Past-Président Jacques de LAZERME qui fut désigné comme membre spécial pour la création d'un Club en Vallespir,
  • - enfin le Past-Président Georges LAVAGNE qui résidait à AMELIE, mais n'était pas encore Rotarien. L'année même de la création du Club, sa candidature était posée au Club de PERPIGNAN et il se fixait à PERPIGNAN. 

C'est un privilège que d'assister à la naissance d'un Club et d'observer ce phénomène social étonnant de l'amalgame, de la fusion, de l'homogénéisation d'éléments disparates (sélectionnés par leurs différences du fait des classifications). 

La remise de Charte eut lieu à la fin de l'année 1957 le 4 décembre. La salle Jean Trescases suffisait à peine à contenir tous les convives, car non seulement le Club parrain était venu dans sa totalité, mais les Clubs voisins avaient tenu à nous témoigner leur sympathie. 

La Charte fut remise par le Gouverneur GIRAUD qui, d'un geste élégant, la passa au Past-Gouverneur DUCLOS de PERPIGNAN qui avait été l'un des principaux artisans de la formation d'un Club en Vallespir.Cette Charte était signée du Gouverneur Abdelkader BELKODJA de TUNIS qui avait été précédent Gouverneur du 173ème district l'année précédente. Depuis, à la suite des événements politiques, le Club de TUNIS a été supprimé et BELKODJA emprisonné. La première conférence de district à laquelle nous avons participé à AIX, en mai 1957, était organisée par ce remarquable avocat tunisien.Mais la remise de Charte n'a apporté que ce qu'apportent les fêtes à l'occasion d'un heureux événement : le prétexte de se réjouir en commun, à discourir sur le présent et l'avenir, à se congratuler, à se féliciter. Elle était l'homologation du fait biologique de la naissance du Rotary-Club du Vallespir. 

Nous tirions de nos réunions tant de plaisir que nous avions à cœur d'apporter quelque aide autour de nous. Et nous en avons tiré beaucoup de satisfactions :- « L'aide aux étudiants » s'est concrétisé en recevant chez nous le Boursier de la fondation Rotary dans le district : en fait, c'était une boursière ravissante, originaire de la Virginie du Nord.

- Une «bourse de voyage à l'étranger» fut créée pour promouvoir la compréhension internationale par la jeunesse. Elle fit connaître le Rotary à l'élite de la jeunesse Vallespirienne. De 1958 à 1968, 10 boursiers partirent pour un pays de leur choix et revinrent nous en faire le récit. 

Le premier de ces boursiers fut Jean-Paul ALDUY qui a pour « père et mère » une « paire de maires » (comme le relate le Bulletin de l'époque). En effet, Madame ALDUY est maire d'AMELIE LES BAINS, et Paul ALDUY de PERPIGNAN. Depuis, Jean-Paul a fait une brillante carrière, en passant par Polytechnique, mais personne alors ne connaissait ce jeune bachelier qui ne devait qu'à ses mérites le voyage en Grèce que nous lui offrions. L'opinion publique, attentive au comportement du nouveau Rotary-Club, a été quelque peu troublée par la personnalité de ce premier candidat. 

Par la suite, la Bourse, pendant 10 ans, était devenue une belle institution vallespirienne qui récompensait et mettait en vedette les plus brillants élèves du Vallespir. Elle disparut en 1968 dans les bouleversements de l'époque, à la demande même de ceux à qui elle était destinée. Elle ne fut jamais remplacée.

Le Bulletin fut aussi un succès du Club : il paraissait régulièrement et était rédigé avec beaucoup de verve. A cette époque, les Bulletins réguliers n'étaient pas fréquents. Le service que nous en faisions au Gouverneur était très apprécié et valait au Rotary-Club du Vallespir une certaine estime. 

En fait, la particularité du Club est d'être, avant tout, un Club de région plutôt que d'agglomération, de vallée plutôt que de ville. Les membres sont séparés par de plus grandes distances, et le Bulletin, de ce fait, est en Vallespir un lien indispensable qui « provoque l'assiduité » sans l'imposer comme le disait joliment le Gouverneur LAUSSEUR. C'est pourquoi, après 20 ans, la collection des Bulletins du Rotary-Club du Vallespir encombre un grand rayon de ma bibliothèque. Certes, ce sont de magnifiques archives et une matière première de tout premier ordre pour écrire l'histoire du Club. Mais la lecture avive tant de souvenirs, qu'il n'est plus possible d'avoir le recul de l'historien. C'est aussi une source importante d'informations sur l'histoire, les coutumes, la vie du Vallespir. En groupant tous ces articles et toutes ces conférences, il sera facile de réaliser notre vieux projet d'un guide présentant le Vallespir à nos visiteurs. L'information Rotarienne s'y est faite, pendant longtemps, d'une façon très amusante, à la manière des « Lettres Persanes » : Un muletier du Haut Vallespir (la classification était vacante), posait des questions sur le Rotary et les patientes réponses d'un Past-Président précisaient tous les aspects du Rotary. 

Une création originale du Club a été le «Livre du Club », dans un porte-documents (pour permettre une mise à jour facile) des textes précisant le règlement intérieur et le rôle des Commissions. Il existe 3 exemplaires de ce document : l'un pour le Président, l'autre qui reste au siège du Club et le troisième destiné à informer les nouveaux membres. Cette formule ayant été appréciée par un Gouverneur a été présentée à une Assemblée du 173ème District. 

Très visité, le Club n'était pas très « visiteur ». En effet, sur son territoire, il y a 3 stations thermales, et sa limite sud est une frontière avec l'Espagne. Le nombre des Rotariens de passage a été important. Par contre, il y a eu peu de voyageurs dans le Club. Une exception : Janine JORDA , fille d'un membre fondateur. Grâce au contact rotarien, elle est allé séjourner en ARGENTINE et a été une telle ambassadrice que le Past-Gouverneur argentin RICHEROD est venu prendre sa retraite à ARLES SUR TECH. 

Sur le plan international, notre ami Modeste SABATE a été un des principaux artisans du renouveau du Rotary en Espagne. Originaire de BARCELONE où il avait fait des études universitaires, sa connaissance de la situation exacte, ses relations, ses amitiés, lui ont permis par de nombreux contacts et une grande diplomatie d'y réussir. Il s'est dépensé sans compter pour ce but qui lui était très cher car il porte autant d'affection au Rotary qu'à sa patrie d'origine. Parmi les nombreuses actions d'intérêt public, celles dont le pays a gardé le plus vif souvenir sont les actions locales. Le fauteuil du handicapé, l'escalier pour faciliter l'accès des trains aux handicapés physiques qui permet aux nombreux rhumatisants qui viennent en Vallespir de voyager sans angoisse. Non seulement cette création originale est toujours en service à PERPIGNAN mais elle est maintenant réalisée par un atelier de handicapés. Elle équipe plus d'une cinquantaine de gares et les trains « corail ».

Toujours sur le plan local, le Rotary-Club du Vallespir a créé deux groupements :

  • - l'un pour les jeunes, le «ROTARACT». Celui du Vallespir a été un des plus dynamiques.
  • - L'autre pour le 3ème âge: la «Fondation CLASSEN». Dominique CLASSEN, membre fondateur du Club, a beaucoup aimé le Rotary. Transplanté de l'Est pour des raisons de santé, il avait apprécié énormément ce groupement socio-culturel qui avait contribué au bonheur de la fin de sa vie. En mourant, il fit un legs pour que sous l'égide du Rotary soit créé un tel foyer pour le 3ème âge des résidents en AMELIE. Ce groupement est une réussite et fonctionne remarquablement bien.
  • Les vingt trois premières années du Rotary-Club du Vallespir ont été si denses et si riches que l'historien de service n'a pas l'outrecuidance de prétendre être complet. Mais au train où marche le Club ; le problème s'aggrave de jour en jour...

 

Pierre-Paul NAVEAU

( Avril 1980 )

Vous devez être connecté pour poster un commentaire